Sreader

english
accueil
Spécifications du langage TRML



  • Introduction

    Ce manuel se destine à tout ceux qui souhaitent utiliser "reader" sur Internet ou ceux qui souhaitent organiser des séances de lectures collectives dans des espaces réels. le TRML a pour but de programmer des textes qui défilent sans savoir du tout programmer. Une bonne heure suffit amplement pour cerner les possibilités du TRML et le maitriser. Le TRML convient donc très bien au néophyte de l'informatique.

  • Le langage TRML

    TRML signifie "Temporized Reader Markup Language" c'est à dire "Langage de Marquage pour Temporisation de Lecture" à peu de choses prêts. Les spécifications de ce langage ont été écrites par le collectif Téléférique en 2002-2003 à l'initiative d'Etienne Cliquet (conception et initiative) et Robin Fercoq (Programmation C et javascript) suivi par Erational (implémentation XML et Flash). Pour cette raison, TRML peut vouloir dire également "Téléférique Reader Markup Language".

    • Un langage de temporisation du texte

      Le TRML permet de faire défiler du texte en variant la vitesse des caractères, des mots, des phrases, des lignes pour une lecture à l'écran. Son objectif est de proposer un mode de lecture à l'écran sur le principe du défilement automatique (scroll en anglais).

    • Interprétateur syntaxique

      Le TRML fait partie de la famille des interprétateurs syntaxiques ou "parser" en anglais. Il appartient à la même famille que le HTML (Hyper Text Markup Language). Si celui-ci gère la mise en forme de document sur le web, le TRML gère la mise en flux de document textuel. Pour ce faire, le TRML utilise, comme son voisin le HTML, des balises [ et ] (crochets ouvrants et fermants) invisibles à l'utilisateur final mais utile pour désigner à quel rythme le texte se déroule à l'écran et selon quelles modalités. Par exemple la balise [c100] formate le temps de pause entre chaque caractère du texte à 100 millisecondes. Il sera également possible de complexifier des balises pour obtenir par exemple des effets d'accélération, déccélération, hasard sur les mots, les lettres, après chaque fin de phrase, etc.

    • Version XML du TRML

      Au risque d'en embrouiller certains, il existe deux formes du langage TRML. Ce manuel étudie la forme la plus simple, concise. Elle est reconnaissable par les crochets ouvrants et fermants ( [ ] ). Il existe une seconde version plus verbeuse mais dont l'avantage est d'être conforme à la norme SGML dont les spécifications sont accessibles sur ce site (XMLschema). Cette version XML sert notamment à fabriquer des fichiers TRML spécifiques. En outre le TRMLconvertor est un outil en ligne permettant de passer d'une forme à l'autre du langage TRML.


  • Les fichiers TRML

    Ecrire en langage TRML et creer un fichier TRML sont deux étapes distinctes. Le langage TRML peut s'écrire dans un simple traitement de texte (notepad, simpletext, emacs). Un fichier TRML (codé avec la version XML du langage TRML) se reconnait quant à lui par l'extension trml (par exemple fichier.trml). Une icône y est associé notamment sur le serveur pour les distinguer des autres fichiers. Il est possible de creer un fichier TRML à partir d'un fichier texte écrit en langage TRML avec le TRMLconvertor décrit au chapître précédent. L'avantage du fichier TRML sera d'être supporté par différentes applications. Il n'existe pas d'autres applications supportant aujourd'hui le TRML mais nous avons préféré rendre possible cette perspective parmi les développeurs du projet Reader.

    • Ecrire en TRML

      Ecrire en langage TRML est un jeu d'enfant dans la mesure ou il n'y a pas une infinité de balises différentes. Nul besoin de savoir programmer pour cela ou d'avoir un logiciel spécifique. Chacun peut à l'aide d'un traitement de texte, sur MACou PC, écrire en langage TRML un poême, un essai, un article destiné à défiler à l'écran. C'est même l'objet de ce manuel.

    • Convertir un fichier texte en fichier TRML

      Une fois le texte écrit en TRML, il est possible de le transformer en fichier TRML. Un formulaire sur internet effectue cette procédure appelé le TRMLconvertor.

    • Caractères déconseillés

      Les caractères “[” et “]” (crochets ouvrant et fermant) servent à implémenter une balise TRML. Pour cette raison, il est impossible à ce jour de les utiliser dans votre texte en dehors de ces balises. Les accents ou autres caractères spécifiques à certaines langues ne seront peut être pas supportés chez des pays voisins. L'accent aïgu n'existe pas en Inde par exemple.

  • Les modes:

    Les modes sont au nombre de 6. Ils régissent la vitesse de défilement des caractères, des mots, des lignes, des phrases, des ponctuations et des pauses séparément ou ensembles au sein d'une balise. Si j'écris la balise suivante:
    [c100w500b1000l2000] Maître corbeau, sur un arbre perché,
    
    "c100" assigne 100 millisecondes de pause entre chaque caractères. "w500" assigne 500 millisecondes entre chaque mot (w pour 'word'). "b1000" assigne 1 seconde (1000 millisecondes) à chaque ponctuation. "l2000" assigne 2 secondes à chaque saut de ligne. Le texte défilera donc avec un temps de pause de 100 millisecondes entre chaque caractère, 500 millisecondes entre chaque mot, 1 seconde à chaque ponctuation et 2 secondes en fin de ligne.

    • Changement de modes

      Pour changer la vitesse d'un mode, une nouvelle balise doit être insérée dans le texte ou le changement prendra acte avec contenant la nouvelle valeur associée. Votre texte peut contenir autant de balises que vous le souhaitez. L'ordre des modes dans la balise n'a pas d'importance. Ainsi la balise commentée ci-dessus peut tout à fait s'écrire .
      [l2000c100b1000w500] Tenait en son bec un fromage. 
    • Persistance des modes

      D'une balise à l'autre les modes qui ne seront pas modifiés seront maintenus tels que spécifiés dans la balise précédente. Par exemple si j'ajoute à mon histoire:
      [c200] Maître renard par l'odeur alléché, 
      Les caractères défilent plus doucement qu'auparavant tandis que la vitesse de défilement des mots ne change pas puisqu'il n'est pas spécifié. Par défaut, il adopte le rythme indiqué dans la première balise.

    • Caractère

      Le mode caractère est représenté par la lettre “c” suivi de la valeur en millisecondes à lui attribuer.
      [c230] Lui tint à peu près ce langage : 
      
    • Mot

      Le mode mot est représenté par la lettre “w” suivi de la valeur en millisecondes à lui attribuer.
      [w400] « Et bonjour Monsieur du Corbeau.
      
    • Ligne

      Le mode ligne est représenté par la lettre “l” suivi de la valeur en millisecondes à lui attribuer.
      [l400] Que vous êtes joli! que vous me semblez beau! 
      
    • Blocs de ponctuation

      Le mode bloc est représenté par la lettre “b” suivi de la valeur en millisecondes à lui attribuer. Il agit sur les occurences suivante: . (point) : (deux points) ? (point d'interrogation) ! (point d'exclamation).
      [b400] Sans mentir, si votre ramage 
      
    • Signes de ponctuations

      Le mode signe est représenté par la lettre “s” suivi de la valeur attribuée en millisecondes. Similaire au mode bloc, il s'étend à tous les signes de ponctuations: , (virgule) ; (point virgule) ( (parenthèse ouvrante) et ) (parenthèse fermante).
      [s400] Se rapporte à votre plumage,
      
    • Pause 

      Le mode pause est représenté par la lettre “p” suivie de la valeur en millisecondes attribuée. Le mode pause à la différence des autres n'agit qu'une seule fois, à l'endroit ou il est placé.
      [p400] Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois»
      
  • Les fonctions, fréquences et modulations des modes:

    Les fonctions sont différentes des modes. Elles se distinguent des modes par la majuscule, impérative dans l'écriture du TRML pour éviter les bugs. Les fonctions augmentent la capacité des modes en permettant de les moduler en séquences. Ce sont des effets appliqués aux modes simples. Au nombre de 3 aujourd'hui, l'usage en déterminera peut être d'autres par la suite.

    • Enveloppe

      L'enveloppe est représentée par la lettre “E” (majuscule obligatoire). Cette fonction permet de dessiner un motif avec un mode. Si nous souhaitons 100 millisecondes après le premier caractère puis 10 millisecondes après le second puis 500 millisecondes après le troisième, on utilisera la fonction enveloppe associée au mode caractère de la manière suivante:
      [c10E100/10/500] A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie;
      
      Toute fonction doit être précédée du mode qu'il module. Le motif sera répété en boucle jusqu'à ce qu'une nouvelle balise dans le texte vienne contredire, modifier le mode caractère en lui spécifiant une autre valeur.

    • Sinusoïde

      La sinusoïde produit l'accélération ou la décélération d'un mode sous la forme d'une sinusoïde temporelle. Elle prend 2 valeurs: L'amplitude de la vitesse en millisecondes d'une part. La fréquence de cette amplitude en millisecondes d'autre part. Voici un exemple:
      [c500S499/2000] Et pour montrer sa belle voix,
      
      Ici le mode caractère est déclaré à 500 millisecondes. La lettre “S” (majuscule obligatoire) représente la fonction sinusoïde dont l'amplitude est de 499 millisecondes. Elle est impérativement inférieure à la vitesse de base puisqu'il ne peut y avoir de vitesse négative (pas à ce jour en tout cas). L'amplitude sera donc de 1 à 500 millisecondes. Cette modulation s'effectura sur une durée de 2 secondes, c'est à dire la fréquence.

    • Aléatoire

      La fonction aléatoire est représentée par la lettre “R” pour “random” (majuscule obligatoire). Elle prend une valeur relative à la valeur attribuée par le mode. Dans l'exemple suivant la fourchette aléatoire de pause entre les mots est comprise entre 1 et 400 millisecondes. Par défaut, la vitesse des mots est fixée à 400. La fonction Random détermine l'écart aléatoire entre la valeur du mode moins la valeur de la fonction.
      [w400R399] Il ouvre un large bec laisse tomber sa proie.
  • Conclusion

    • Vitesse moyenne

      Bien que chacun ait sa vitesse de lecture propre, la vitesse moyenne approche 200 mots par minute. Voici la conversion en langage TRML:
      200 mots par minute = [w300] = [c60] = [c30w150]
    • Crédits

      Les exemples fournis dans ce tutoriel TRML sont empruntés à la fable de La Fontaine “Le corbeau et le renard” (1664-1691).

www.teleferique.org - TRMLmanual v1.2 - 2003-07-03